KikouBlog de jpoggio - Janvier 2016
jpoggio

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Janvier 2016

L'homme à l'harmonica

Par jpoggio - 30-01-2016 21:07:59 - 7 commentaires

Chaque fois, je l'entends de loin.

Au début, je pense à la sonnerie d'un téléphone portable, puis à l'un de ces malotrus qui se promènent dans la forêt avec un appareil quelconque diffusant de la musique, ou la radio.

J'en rencontre souvent, depuis le transistor antédiluvien à l'enceinte bluetooth, l'un aussi tapageur que l'autre.

Mais bientôt, je reconnais le son, et je ne peux m'empêcher de sourire. Je cherche du regard, il n'est jamais loin de la berge de l'un des Etangs. D'ailleurs le voilà, un petit chien à ses côtés, sous la pluie battante. Il tient de sa main gauche un parapluie et sa main droite enveloppe l'harmonica dont il joue, une variation blues qui met une touche bien particulière d'humanité dans ce paysage désert. 

Et comme à chaque rencontre, je salue l'homme à l'harmonica d'un signe de tête et d'un sourire.

Voir les 7 commentaires

Quand une frontale, rencontre...

Par jpoggio - 13-01-2016 07:34:52 - 5 commentaires

...une autre frontale, au cours d'une soirée pluvieuse et venteuse dans les Fausses-Reposes (Façon "Hauts de Hurlevent"), que peuvent-elles bien se raconter ?

Ben rien, parce que d'abord, chaque porteur éblouit l'autre, et qu'on s'en tient à un "bonsoir" lancé un peu au hasard.

Mais avec un je-ne-sais-quoi de connivence, parce que lors des soirées pluvieuses et venteuses dans les Fausses-Reposes, il n'y a pas grand monde...

Voir les 5 commentaires

Se rêver ailleurs

Par jpoggio - 07-01-2016 20:23:21 - 5 commentaires

C'est cette heure du soir où la forêt est déserte, car les habitants des résidences alentour se sont hâtés de pousser leur canidé au chaud pour pouvoir s'abandonner au rite cathodique quotidien, la bien nommée « grande messe » du journal de vingt heures.

Ce n'est pas pour me déplaire, je n'ai pas à m'inquiéter d'éblouir quelque innocent promeneur avec ma frontale qui se prend pour le phare de la Tour Eiffel, je peux me rêver en un endroit loin d'ici, une mélodie de Trevor Jones dans les oreilles.

Il tombe un petit crachin, des gouttes assez fines pour que le vent les emporte tourbillonnantes dans le faisceau de la lampe.

Ce soir, même s'il ne fait pas très froid, j'ai l'impression de voir des flocons de neige danser dans le pinceau de lumière devant moi, et l'espace de quelques centaines de mètres, je peux me croire ailleurs, et ça fait un bien fou...

 

Voir les 5 commentaires

Season Greetings (en forme de défense du Certificat Médical)

Par jpoggio - 04-01-2016 20:28:43 - 20 commentaires

Nous voici à cette période de l’année où, après les bilans quelques jours plus tôt, apparaissent les projets.
Tu sais bien ami-e Kikour, depuis le calendrier prévisionnel des courses jusqu’au « New Year, New Me » et autres conneries « inspirées » qui inondent les rézosocio. Et puis aussi, l’attente des tirages au sort, la course aux dossards ou la surveillance des places restantes pour les petits et grands événements à venir.


Je n’ai pas publié de bilan sur ce site (ni ailleurs), parce que les chiffres sont d’authentiques salopards auxquels on fait dire ce qu’on veut. Et malgré des cumuls kilométriques record pour ma pomme, le graal de la ligne de Karman (100 000 m D+) enfin franchie, j’ai touché le fond, sportivement parlant, cette année.


Je peux même donner la date et l’heure, elles sont sur le tracé de l’ECG que mon médecin généraliste a réalisé avant d’établir le certificat médical contre lequel nous avons tous râlé un jour. A moins que ce n’eût été lors de ce bel après-midi en Belledonne, où je me faisais l’effet d’un aspirant summiter de l’Everest tant le moindre pas me coûtait dans les dernières pentes menant à la Croix de Belledonne ?
Quoi qu’il en soit, les deux étaient reliés par un bel emplâtrage des artères coronaires du Ventricule Gauche.

La peur du rouge, c'est bon pour les bêtes à cornes.
Par contre, le jaune, c'est pas bon...


Le reste n’est que la banalité de la « PEC insuffisance coronarienne » comme dit l’étudiante en pharmacie que j’ai à la maison, ce qui permet d’en apprendre de belles sur la chaîne de dysfonctionnements que cela provoque. (Pour aller à l’essentiel, outre le fait que le myocarde meurt à petit feu, ça pète le Cycle de Krebs, qui est quand même un peu la base du métabolisme aérobie, qui est tout de même un peu indispensable en Ultra, sauf pour Zecrazytux qui, c’est de notoriété, ne métabolise que de la Chartreuse).

Glyoxylate cycle-fr

Et la Chartreuse, là-dedans ?


Libéré depuis la mi-décembre des dernières petites doses d’Aténolol, qui malgré sa syllabe terminale rigolote, est une saloperie qui vous transformerait KJ en accro aux escaliers mécaniques, je peux depuis quelques jours me remettre enfin pour de vrai à quelque chose qui ressemble à de la course, moyennant quelques sacrifices, comme le retour des alarmes de fréquence cardiaques que je n’utilisais plus depuis le début des années 2000 (oui, bande de jeunes, les cardiofréquencemètres existaient déjà à cette époque).

(±)-Atenolol Enantiomers Structural FormulaeC14H22N2O3


Autant l’écrire tout de suite : ceux qui s’attendaient à me voir revenir sur la ligne de départ de l’Echappée Belle en août prochain vont être déçus. Mon objectif majeur est de ramener de Saint Nicolas de Véroce un T-Shirt « Bénévole » à la fin du premier week-end de juillet, et éventuellement de prendre le départ de l’une des classiques de septembre (genre l’Impérial), si tout va pour le mieux.

Ou alors, de l'alphabétisation chez les fabricants de TShirts...


J’ai longtemps tergiversé avant de chroniquer sur cette histoire, somme toute banale, me contentant d’informer l’une ou l’autre par MP, mais voilà : ce matin, mon « manager » est venu avec une mine défaite m’apprendre le décès soudain de l’un de nos collègues, un chef de département que j’appréciais pour sa curiosité et son calme olympien. Ni fumeur, ni en surcharge pondérale, il avait tout juste soixante ans et n’a jamais terminé son dernier parcours de golf, le 30 décembre dernier.


Peut-être n’a-t-il pas eu la chance de croiser un médecin généraliste un peu scrupuleux – peut-être même la pratique du golf ne nécessite pas de certificat médical – car les insuffisances coronariennes qui finissent souvent en « crise cardiaque » sont assez traîtres sur un organisme apparemment  en bonne santé, et les symptômes peuvent n’apparaître que bien tard. Trop tard, parfois.
Alors, amie KIkoureuse, ami Kikoureur, la prochaine fois que tu es tenté-e de pester contre cette connerie de certificat médical de merde qui sert à rien, médite cette histoire, je ne suis pas le premier à la raconter - on l’a déjà lue dans notre forum - et sans doute ne serais-je pas le dernier. Songeons plutôt que la pratique d’un bilan annuel sérieux, que la délivrance du certificat médical est l’occasion d’exiger de son médecin traitant, est la première pierre d’une politique de santé publique intelligente, que nous pouvons, nous, sportifs, mettre en œuvre à notre niveau.
Parce que « YOLO », comme disent les jeunes, en avalant leur Maxi Best Of.

Voir les 20 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.35 - 367169 visites